Evènement : Journée d'étude
Thème : Les projets de restauration à Tlemcen. Discours et actions
Date : Mercredi, 14 novembre 2012
Lieu : Salle des conférences, [epau]
 
Responsable de l'èvénement

Pr Kassab Tsouria

Comité d'organisation
- Pr Kassab Tsouria           - Maachi Maïza Myriam 
- Pr Chennaoui youcef - Lamani-Bourahla Karima
- Dr Zenboudji-zahaf  Samia   - Belouchrani-Amrouche Wahiba
- Dr Sabrina Kacher - Ouargli Nadia
- Dr Boussora Kenza - Zmit Fella
- Dr Brakchi Rafik - Zerouala Ikhlas
- Kassab Nasreddine - Etudiants de la post-graduation 

 

La manifestation culturelle « Tlemcen ; capitale de la culture islamique » organisée durant l’année 2011, a permis une prise en charge effective du patrimoine culturel immobilier de toute la région de Tlemcen. A  cet effet, plusieurs projets de restaurations ont été engagés, touchant près de 90 monuments historiques, dont un grand nombre a pu être réceptionné et ouvert au public.

A l’instar d’autres villes algériennes, les opérations de restauration et d’interventions sur des sites et des monuments historiques en sont à leurs prémices et  constituent des lieux d’apprentissage. Il en est de même pour la gestion de ce patrimoine qui a commencé à connaître quelques prises en charge durant les deux dernières décennies et ceci par l’élaboration d’outils de réglementation spécifiques.

A ce titre, il s’agira durant cette journée d’études de voir comment quelques opérations de restauration ont pu être menées à Tlemcen. Comment une manifestation culturelle peut constituer un avantage pour la conservation des monuments ou au contraire générer quelques disfonctionnements ?

Par ailleurs, il s’agira de situer les discours et débats relatifs aux modes et formes d’intervention sur les sites et monuments protégés.

Près de cinquante ans se sont écoulés depuis la charte de restauration de Venise de 1964, qui avait défini l’ensemble des critères devant régir tout projet de restauration.  Depuis ;  les conceptions ont sensiblement évolué, mais la philosophie de restauration adoptée  obéit toujours aux deux principes ; de l'authenticité, qui signifie que la restauration doit se subordonner à la vérité archéologique et rechercher une réalité historique incontestable ; et au respect des apports successifs du temps  qui exige de conserver les marques de la diversité historique. La modification de partis architecturaux, la variété des techniques utilisées sont des témoignages de la vie du monument qu'il convient de préserver.

La seconde problématique abordée au cours de cette journée examine le niveau d’adéquation ou d’interprétation en Algérie, et à travers quelques projets de restauration accomplis à Tlemcen, des principes de la restauration tels qu’ils ont été formulés sur le plan universel depuis la charte de Venise de 1964.

L’occasion sera donnée, autour d’un débat avec les acteurs du patrimoine (architectes restaurateurs en charge de ces projets, bureau d’études désignés pour l’étude et la réalisation de ses travaux, académiciens, artisans, …) d’aborder quelques axes de  réflexion concernant notamment les problèmes que rencontre la restauration en Algérie en matière de maitrise d’ouvrage et de maitrise d’œuvre ainsi que les outils de contrôle de la qualité de la restauration en Algérie qui doivent être mis en place. 

 

PDF 2  Consulter le programme complet de la journée