Evènement : Table ronde
Thème : La formation doctorale en architecture dans le système LMD. Rétrospectives, prospectives et perspectives.
Date : Lundi, 08 décembre 2014
Lieu : Salle des conférences, [epau]
 
Responsable de l'èvénement
Dr Nabila Chérif
 
Comité d'organisation
- Pr Kassab Tsouria
- Pr Chennaoui Youcef
- Dr Chérif Nabila
- Guerrouche Kheireddine
- Djalal-Himeur Dalila
- Ouargli Nadia
- Ikhlas Zerouala
 

Synopsis  

L’EPAU s’apprête à lancer pour l’année universitaire 2014-2015 le nouveau système du doctorat LMD. Les comités de formation doctorale au sein des laboratoires sont à l’œuvre pour mettre en place ce nouveau dispositif en continuité et en harmonie avec le palier du master. L’occasion d’un tel chantier de réflexion est offerte pour poser les fondements d’un débat sur la définition et le renforcement de l’identité de la formation même des architectes dans le paysage national de la recherche et de l’enseignement supérieur. Plusieurs points sont à proposer à la discussion autour d’une table ronde consacrée tant aux questions de contenu et de spécificité du doctorat en architecture que de l’organisation même de cette formation que les textes de lois du MERS ne précisent pas outre mesure.

En toile de fond, il s’agit de discuter sur la définition du doctorat en architecture assimilé aujourd’hui à la famille des doctorats « Sciences » par extension de champs alors que des spécificités existent dans l’approche à la recherche en architecture qui se construit sur l’articulation théorie-pratique par différentes interactions avec le projet (Point 1)

De même il sera question d’aborder la question de la diversité des doctorats en architecture et des recherches multidimensionnelles qui les caractérisent : recherche appliquée ou fondamentale, dans des domaines scientifiques nombreux et concomitants, sur des échelles variables allant de l’objet architectural à l’urbanisme ou enfin explorant des approches méthodologiques multiformes (Point 2)

Concernant le volet de l’organisation de la formation doctorale, plusieurs aspects seront proposés au débat :

Point 3 La relation master-doctorat: un état de la question dans les deux contextes de l’école d’architecture et des départements d’architecture intégrés aux universités permettra d’évaluer et de comparer les conditions et les niveaux de préparation à la recherche à travers les multiples parcours au sein des formations de master existantes.

Point 4 Les conditions d’accès au doctorat: au-delà des modalités de sélection arrêtées par le MERS qui pourront être débattues et précisées, il s’agira de réfléchir sur l’identification des compétences requises pour les postulants à la formation doctorale et notamment sur  la place du projet de thèse dans l’évaluation des candidatures. 

Point 5 Le contenu de la formation doctorale : sont à réfléchir tous les aspects liés à la nature des formations dispensées (en séminaires, ateliers/ workshops/ cours d’appoint). De même et en l’absence de toutes orientations dans les textes du MERS, il s’agira de définir la consistance (volume horaire obligatoire), la répartition (durant les trois années du cursus) et le type d’évaluation des activités (crédits et pré requis à la soutenance).

Point 6 Le partenariat dans la formation doctorale: il s’agira d’explorer toutes les possibilités de collaboration avec les centres ou laboratoires de recherche affiliés à des formations doctorales occurrentes afin d’optimiser les ressources et compétences scientifiques. Les formes de partenariat  avec les institutions du monde professionnel doivent être également abordées et notamment la question de la mise en place des thèses sous contrats comme levier de promotion de la recherche appliquée et comme source d’employabilité des doctorants hors secteur de la recherche proprement dit. 

Point 7  L’accompagnement et l’évolution du doctorant durant la période de la thèse: Le débat sur les questions liées aux activités, progression, évaluation et soutenance du doctorant au sein du laboratoire sera mené autour du projet de charte proposé par le MERS  et soumis à la concertation générale.