Résponsable : Pr Tsouria KASSAB - Code équipe C2680305

Membres de l'Equipe 5

Belouchrani Wahiba (MCB)
Kassab Nasreddine (MAA / Doctorant)
Oukaci Abdennour (MAA / Doctorant)
Djermoun Nadir (MAA / Doctorant)
Tahari Habib (MAA / Doctorant)
Djallal-Himeur Dalila (MAA / Doctorante)
Bernou Semha (MAA / Doctorante)
Amokrane Lamia (Doctorante)
Aitsaada Nawel (Doctorante)
Berkache Selma Dellel (Doctorante)

Cheraitia Tewfik (Doctorant)

En Algérie, si le patrimoine a pu trouver une assise juridique notamment depuis la publication de la loi 98.04 relative à la protection du patrimoine culturel, l’intervention sur les biens patrimoniaux reste assez timide et peu performante. Les opérations de restaurations et de mises en valeur des sites et monuments historiques ont été initiées depuis plus d’une décennie. L’Algérie et les architectes algériens font leur apprentissage en la matière mais une maitrise autant technique qu’architecturale devrait être présente afin de ne pas dégrader les sites et monuments historiques et précipiter leur disparition.

Ces opérations d’intervention et études patrimoniales, mettent au cœur du problème les systèmes constructifs et les matériaux constituant les monuments, de même que leur langage architecturaux et architectoniques.  Le parc patrimonial algérien étant très peu documenté, il s’agit donc d’identifier ces spécificités, propres à notre patrimoine.

Les paysages urbains en Algérie sont pluriels et la production architecturale et urbaine de chaque époque affiche ses concepts et ses styles. Nos terrains de recherche auront pour objet de faire ressortir les spécificités architectoniques de chacune des périodes afin de mieux appréhender et comprendre les productions actuelles. De la même manière, nos recherches ont pour objectifs de mettre en exergue les caractéristiques architecturales et urbaines du cadre bâti de chaque période.

Une anthropologie de l’espace algérien s’avère également nécessaire, issue des terrains croisés et complémentaires de l’histoire de l’art, de l’histoire de l’architecture et de la sociologie urbaine, pour ne citer que ces disciplines.

Par ailleurs, la mise en rapport de ces langages architecturaux et architectoniques avec ceux des productions actuelles va nous éclairer sur les « cohérences » ou «incohérences » des images qui composent les nouveaux paysages urbains algériens.

Cette recherche a une double visée :

  • Décoder les éléments architecturaux et architectoniques les plus représentatifs du parc immobilier.
  • resituer les productions pré indépendance dans leur contexte ce qui nous renvoi à des préoccupations de l’heure à savoir le langage local produit.

• Projet 1 : Décodage et inventaire des éléments architecturaux et architectoniques patrimoniaux. C’est à travers la façade, cet espace urbain, que les paysages et spécificités des villes peuvent être distingués. Une première action permettra d’identifier et de répertorier leurs compositions et modénatures pouvant constituer les traces patrimoniales.

• Projet 2 : Mise en rapport des langages patrimoniaux et contemporains. Les productions contemporaines sont encore méconnues dans leurs formes et concepts. Leur identification permettra de les rapporter aux objets patrimoniaux pour comprendre leur interprétation et réinterprétation.

Projets de recherche

CNEPRU G 04720120007: Alger, grammaire de l’architecture XIXe et début XXe siècle 2013 à ce jour

CNEPRU O04720080006 : Les langages architecturaux et architectoniques algérois 2009-2012 

PCI2- A1/038232/11. Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger- EPAU/ UPM Madrid : « Méthode de diagnostic intégral des centres historiques» ; 2010-2012 

AUF - USJ Beyrouth/LVAP EPAU : Projet Un patrimoine dans l’oubli – les escaliers de Beyrouth et les percées d’Alger- 2013 /2015