Evénement : Séminaire
Thème : Le métro : un outil fondamental d'accessibilité et d'attractivité pour Alger
Organisateurs : Équipe TMU, Laboratoire VUDD
Date : lundi 03 décembre 2018, à partir de 08h00
Lieu : Salle de conférence, [epau]
 
 
 
 

Synopsis

Après avoir été hégémoniques, les mobilités fondées sur l’automobile sont aujourd’hui remises en cause face aux phénomènes de congestion, de pollution

et d’insécurité. C’est pourquoi le métro qui illustre au mieux les qualités intrinsèques aux TCSP apparait comme une solution adaptée aux problématiques de la ville, qui se veut durable et compacte, mais qui dans les faits semble vouloir se dilater à l’infini. 

Trois éléments ont favorisé l’appropriation du métro à Alger :

- la grande capacité d’absorption de la demande de déplacements de la population ;

- les caractéristiques techniques qui en font un mode sophistiqué, performant, moins énergivore, moins encombrant, moins polluant, mais assurant du même coup le respect de l’environnement et de la sécurité ;

- et une plus-value foncière inestimable, grâce d’un côté aux options d’aménagement et d’embellissement urbains rendues possibles par le dégagement de l’espace en surface (le métro circulant en souterrain), et d’un autre côté par l’aménagement des stations qui le relient à son environnement.

Ces trois leviers font du métro le moyen de transport incontournable pour, à la fois répondre aux besoins de mobilité allant croissant de la population, assurer l’articulation avec l’aménagement urbain, assurer l’équité sociale en rendant accessibles des quartiers et des fonctions autrement difficiles à atteindre par les autres modes de déplacements et faire des stations une bonne interface entre l’urbanisme et le transport.

Le processus d’implantation du métro d’Alger, comme tout de mode de transport lourd, se repèrent autour de deux modes de production principaux : le premier mode de construction de la ligne tient à une lecture de la ville et de la production urbaine marquée par un prisme social (par exemple, relier des quartiers que tout séparait par le passé, favoriser une mixité d’échanges, etc.). Dans ce cas, les déplacements et leur accessibilité sont vus comme un outil d’aménagement et d’appropriation des attributs de la ville. Le second mode de production est davantage ancré dans un référentiel environnemental – favoriser les transports en commun « propres », face à la congestion automobile et la pollution urbaines, sinon rendre la ville plus vivable.

Le métro d’Alger apparait donc comme la solution idoine pour répondre aux préoccupations d’ordre aussi bien urbain, environnemental que social, associée à sa première raison d’être, en l’occurrence la satisfaction des besoins de mobilité de la population.

Le séminaire organisé avec le concours de l’EMA le 03/12/2018 tentera de jeter la lumière sur le processus de construction de la ligne du métro d’Alger en rapport avecles objectifs de durabilité que la ville d’Alger veut et doit atteindre.